fbpx

La belle bleue : l’huile essentielle d’inule odorante

La belle bleue : l’huile essentielle d’inule odorante

Connaissez-vous cette texture suave et enveloppante, cette odeur à la fois sucrée, herbacée et résineuse, et cette couleur unique et belle comme une nuit d’été? Ce cocktail envoûtant est tout entier refermé comme un trésor dans l’huile essentielle d’inule odorante, également et moins élégamment appelée inule poiseuse.

Cette plante vivace de la famille des astéracées présente « de larges capitules jaunes aux nombreuses ligules étroites, des feuilles alternes, faiblement dentées, vert pâle et un peu rude en dessus, grisâtres feutrées en dessous »[1], comme le décrit si bien le Dr Willem.

Si son aspect extérieur peut sembler commun, la couleur de l’huile essentielle extraite de cette fleur est bluffante : vert émeraude, diront certains, bleu profond diront d’autres. Il semblerait que la couleur de l’huile soit liée à une réaction au cuivre dans lequel elle est traditionnellement distillée.

C’est en fin d’été et en automne qu’Inula graveolens fleurit, sur des terrains délaissés, champs en friche ou bords de route, en zones plutôt sèches de type méditerranéen.

L’inule odorante détone par son action ciblée et surtout par la puissance de celle-ci.

Son aspect le plus spectaculaire est son pouvoir mucolytique, antitussif et expectorant, y compris sur des terrains vraiment déprimés dans le cadre de pathologies installées (mucoviscidose, coqueluche traînante ou encore bronchite chronique par exemple). C’est à sa richesse en lactones, une famille chimique qui agit même en faible concentration, qu’on doit ce résultat.

Cette efficacité parfois redoutable lui vaut l’expression de « choc à l’inule »[2] tellement cet effet peut être détonnant.

La puissance de ses actifs impose d’emblée la plus grande précaution d’usage en s’appuyant sur les conseils aguerris d’un professionnel.

L’huile essentielle d’inule odorante présente des vertus régulatrices du système cardiaque et est également un excellent antibactérien et fongicide. Elle est d’ailleurs utilisée dans la composition d’intrants agricoles, car s’ajoute un rôle insecticide.

Sur un plan secondaire, elle offre de bonnes propriétés anti-inflammatoires.Elle est souvent citée pour ses vertus antiseptiques de la sphère urinaire.

Pour une approche de terrain comme on les aime, l’inule odorante convient particulièrement bien aux tempéraments lymphatiques et sanguins.

Sur le plan énergétique, l’huile essentielle d’Inule odorante est appréciée pour l’harmonisation qu’elle procure sur le psychisme. Elle agit notamment sur les entraves, les empêchements à. Ainsi, émotions bloquées, capacités non reconnues, non exprimées peuvent trouver un bel accompagnement avec l’inule odorante.

Pour finir, Inula graveolens est une plante très méllifère. En bref, une merveille de la Nature. Une de plus !

Delphine Lentz,
naturopathe
https://www.facebook.com/delphinenaturopathe/

[1] Les huiles essentielles, médecine d’avenir, Willem JP, éd. Dauphin, 2002
[2] L’aromathérapie exactement, Franchomme et Penoël, éd R. Jollois, 2010

Envie de préserver sa santé ?

Téléchargez gratuitement votre guide découverte " la naturopathie et ses principes"

Je m'initie à la naturopathie

accédez au programme fleurs de Bach

Gestion du stress et des émotions, développement personnel pour vous et toute votre famille

Envie de préserver sa santé ?

Midi sous la Lune protège vos données,
vous ne serez pas spamé.

Découvrez les 11 clés essentielles qu’enseigne la naturopathie pour cultiver sa santé et sa vitalité naturellement

Inscrivez-vous pour recevoir votre guide découverte

En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir votre guide découverte, les newsletters, les articles exclusifs et les offres de programmes de Midi sous la Lune

Le bain dérivatif, un fabuleux soin!

Le bain dérivatif, un fabuleux soin!

Partons à la découverte de cette technique détox qui peut paraître trop simple et trop étrange aux yeux de certains. Et pourtant…

Simple et entièrement gratuit,  le bain dérivatif a été réhabilité par France Guilain, qui a ainsi repris et actualisé les travaux célèbres de Louis Kuhne. Comme son nom l’indique le bain dérivatif fait dériver les substances inutiles et excédentaires présentes dans notre corps pour les faire revenir là où elles se trouvaient au départ afin de les évacuer … Mais où ça vous demandez-vous? Dans l’intestin ! 

Le bain dérivatif, de quoi s’agit-il exactement ?

Eh bien d’un bain dont l’ancêtre n’est autre que le bain de siège que nos aïeux pratiquaient dans leur bidet. Vous savez, ce merveilleux petit trône qui a disparu de nos salles de bain. Voici donc comment le bain dérivatif se pratique aujourd’hui dans de nombreux pays mais dont personne n’ose vraiment parler, certainement par pudeur:

1- Veillez à ne pas être dérangé pour les 20 minutes qui viennent. Enfermez-vous dans vos toilettes ou votre salle de bain si vous disposez d’une baignoire et éteignez votre téléphone portable

2- Préparez au préalable un grand bol d’eau fraiche (mais pas froide), de la taille d’un saladier pour 4 personnes 😉

3- Habillez le haut de votre corps suffisamment chaudement. Vous ne devez surtout pas avoir froid pendant ce soin.

4- Assis.e sur le rebord de votre baignoire, les pieds dans l’eau chaude, votre éponge ou votre gant à la main et le saladier rempli d’eau fraiche à proximité ou assis.e sur vos toilettes (les pieds chaudement emmitouflés dans vos chaussettes), votre éponge ou votre gant à la main , et votre saladier d’eau fraiche à proximité

5- A ce stade-là de votre lecture vous comprenez que vous avez les fesses à l’air

6- Imprégnez d’eau fraiche votre éponge ou le coin de votre gant

7- Épongez délicatement en frottant à peine sur vos aines, de chaque côté de votre sexe, jusqu’au périnée. L’eau doit doucement s’écouler

8- Pratiquez ce soin jusqu’à ce qu’il n’y ait lus d’eau dans le bol

C’est ici la méthode traditionnelle et c’est ainsi que je la conseille. Mais, si vous ne trouvez varient pas le temps de la mettre en place dans votre quotidien, vous pouvez aussi vous procurer sur internet les poches de gel «yokool » mises au point par France Guilain. Elles permettent de recréer cette fraîcheur de la zone du périnée. Pour France Guilain, ce soin naturel « est tout aussi miraculeux que l’allaitement maternel. Il date de la même époque, des origines de l’humanité ».

Je vous conseille de le pratiquer au moins 30 jours par an. Et l’automne est la saison toute indiquée pour l’appliquer, lorsque les jours raccourcissent et que la nuit tombe assez tôt et nous demande de nous mettre au repos. 

Attention, le bain dérivatif ne se pratique pas durant les grossesses à risque ou médicalement assistées, les FIV, en cas de fausses couches multiples, de grossesses alitées, etc ; Les personnes très fatiguées et affaiblies, et donc possédant une vitalité très faible, ne doivent pas non plus le pratiquer au risque de voir leur vitalité s’épuiser encore plus…

Charlotte GUILLOT
Naturopathe

https://www.facebook.com/charlotteguillotnaturo

Envie de préserver sa santé ?

Téléchargez gratuitement votre guide découverte " la naturopathie et ses principes"

Je m'initie à la naturopathie

accédez au programme fleurs de Bach

Gestion du stress et des émotions, développement personnel pour vous et toute votre famille

Connexion à la nature : le début de la santé

Connexion à la nature : le début de la santé

Nous sommes hélas de plus en plus coupés du lien à la nature. Si bienfaitrice pour notre santé et notre équilibre, la connexion à la nature peut se pratiquer pourtant très simplement chaque jour. Voici comment et pourquoi…

Le mois de septembre est un mois particulièrement chargé et dense pour bon nombre d’entre nous. Mise en place de nos projets, reprise du travail, des activités, des habitudes un peu mises de côté durant les vacances. Une vie toujours plus parfaite après laquelle nous courrons. Un parfait papa ou maman, un parfait époux ou épouse, une alimentation hyper paramétrée, une réussite et une progression professionnelle « exemplaire », un sportif ou sportive régulière…Bref nos différents rôles nous poussent vers une forme de pression discrète mais bien réel.

Nous ne prenons plus ou peu le temps pour développer ou entretenir un élément essentiel à notre santé : la connexion à la nature

La mise entre parenthèse du lien

A l’échelle de la vie humaine, nous visons et évoluons dans un environnement urbain depuis environ 300 ans. Sachant que les plus lointains de nos ancêtres sont apparus il y a 4 millions d’années et il y 200 000 ans pour l’homme actuel (appelé le sapiens-sapiens).

Ceci vous donne alors une vague idée du lien temporel de l’Homme et de son environnement naturel.

Nous sommes des organismes qui vivons, évoluons, grandissons de manière entièrement dépendante de la Terre et pourtant nous sommes littéralement coupés d’elle.

Aujourd’hui, même lorsque nous sommes dans la nature nous ne nous rendons pas compte qu’une partie de nous est tout de même isolée de celle-ci. Vous vous demandez laquelle ? Et bien ce sont nos pieds.

Depuis les années 60 où les matières synthétiques ont peu à peu envahi le marché, nous portons des chaussures isolantes. Les matières synthétiques composant nos chaussures nous isolent et cela finalement de manière récente à l’échelle humaine. Bien évidemment, il y a des avantages au port des chaussures mais parallèlement elles nous coupent de l’essentiel.

Si vous vous refaites le remake de vos différentes journées, vous vous rendrez compte que marcher pieds nus connectés à la terre n’arrive jamais voir très rarement. Et pourtant c’est notre état d’être le plus primaire. Peut-être constaterez-vous également votre absence à l’extérieur, enfermé dans votre bureau ou commerce quasi toute la journée vous coupant du lien au soleil et aux arbres.

Nous savons l’importance de l’énergie solaire sur notre santé, dont la fameuse synthèse de la vitamine D. Mais saviez-vous que l’énergie terrestre l’est tout autant ?

Ces bienfaits dont nous pouvons bénéficier via la Terre sont complétés par les forêts et plus particulièrement les arbres.

La nature source de santé

Nous n’avons pas toujours conscience qu’il existe un élément indispensable outre l’alimentation, l’exercice physique et le bien être émotionnel c’est la connexion à la nature.

Cette connexion est nécessaire et agit sur différent paramètres physiologiques :

  • La réduction de l’inflammation
  • Le renforcement du système immunitaire
  • Grand anti oxydant
  • Equilibre circulatoire
  • Synchronisation des biorythmes
  • Equilibre sympathique et parasympathique de notre système nerveux autonome

Comment cela est-il possible ? Et bien via différents liens, tout aussi importants les uns que les autres.

Découvrez la naturopathie

Le lien aux arbres 

Ces derniers sécrètent par l’intermédiaire de leurs feuilles des phytocides. Ce sont des molécules chimiques de défenses qui ont l’utilité de lutter contre les bactéries et les champignons. Nous autres êtres humains lorsque nous nous baladons en forêt et que notre peau est suffisamment découverte, nous absorbons grâce à elle ces molécules. Nous les absorbons également par nos voies respiratoires.

Ces molécules renforcent notre système immunitaire dont les cellules NK, cellules qui sécrètent des substances chimiques détruisant les cellules cancéreuses.

Le lien à l’énergie solaire 

Ce lien est indispensable par l’intermédiaire des UVB à la synthèse de la vitamine D. Cette vitamine participe à prévenir l’ostéoporose, à la robustesse du squelette, à la réabsorption du calcium et phosphore via les intestins….

Elle améliore la fatigue oculaire car les yeux produiront alors moins d’effort lorsqu’ils sont en présence de lumière naturelle. Elle va favoriser également la production de cellules de la rétine photo sensibilisantes nommées bâtonnet qui améliorent la vision. Elle jouera également sur la pression artérielle et sur l’humeur.

Le lien à l’énergie terrestre 

La connexion à la terre est la plus rare dans nos sociétés modernes. La surface de notre planète possède de puissantes propriétés analgésiques, anti inflammatoires, anti oxydantes et réductrice de stress.

En effet, la Terre est une source naturelle d’électrons chargés négativement et de courants électriques subtils essentiels à notre santé.

Les différents stress subit quotidiennement, que ce soit l’exposition aux pesticides, insecticides, radiation, cigarettes, pollution, graisse trans dans notre alimentation…, nous exposent à un grand nombre de radicaux libres. 

Il est donc indispensable d’apporter ce qu’on appelle des anti oxydants qui  protègent le corps des radicaux libres.

Nous en trouvons un grand nombre dans l’alimentation vivante et nous pouvons également en obtenir via la Terre en marchant pieds nus à son contact. Cela permet de neutraliser les radicaux libres qui endommagent peu à peu nos tissus.

Cette déconnexion à la Terre a des conséquences sur notre organisme et s’y connecter de manière quotidienne a de nombreux effets positifs notamment :

  • anti inflammatoires 
  • analgésiques
  • cette connexion aide à calmer le système nerveux sympathique (celui de l’action et du faire, en d’autre terme notre côté yang !)
  • meilleur sommeil
  • grande source anti oxydante

Si la rentrée est bien souvent un moment dense où nous favorisons la mise en place de bonnes habitudes ; n’oubliez pas d’être en lien avec la nature via les arbres, le soleil et la Terre une fois par jour. Votre santé commence par là.

Vanessa Dompé,
naturopathe
www.vanessadompe.fr

 

Envie de préserver sa santé ?

Téléchargez gratuitement votre guide découverte " la naturopathie et ses principes"

Je m'initie à la naturopathie

accédez au programme fleurs de Bach

Gestion du stress et des émotions, développement personnel pour vous et toute votre famille

Envie de préserver sa santé ?

Midi sous la Lune protège vos données,
vous ne serez pas spamé.

Découvrez les 11 clés essentielles qu’enseigne la naturopathie pour cultiver sa santé et sa vitalité naturellement

Inscrivez-vous pour recevoir votre guide découverte

En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir votre guide découverte, les newsletters, les articles exclusifs et les offres de programmes de Midi sous la Lune

Cellulite : de précieuses huiles essentielles

Cellulite : de précieuses huiles essentielles

Parce qu’on aimerait volontiers la faire disparaitre en deux temps trois mouvements et en deux coups de cuillères à peau….

 Y-a-t-il vraiment besoin de la définir ? La cellulite, ce dépôt sous-cutané, donnant à la peau un aspect capitonné et piqueté aussi nommé peau d’orange, est un vrai fléau auquel beaucoup d’entre nous sont confrontées. J’écris au féminin car la cellulite concerne particulièrement la gente féminine qui peut y être sujette dès la puberté. Elle peut ensuite s’accentuer au moment de changements hormonaux comme la grossesse ou la ménopause. Et à quelques semaines d’enfiler son maillot de bain, on aimerait volontiers la faire disparaitre en deux temps trois mouvement ou, sans faire de mauvais jeux de mots, en deux coups de cuillères à peau.

Cellulite : de quoi parle-t-on ?

Il existe plusieurs types de cellulites. La cellulite dite aqueuse qu’on nomme aussi couramment par rétention d’eau. La cellulite adipeuse, la plus fréquente. Et la cellulite fibreuse qui est douloureuse au toucher.

Alors je ne vais pas me démentir : quelle est d’abord et avant tout votre première médecine ? L’alimentation !  Et oui, la pédagogie c’est avant tout de la répétition. Et en tant que naturopathe, je suis d’abord et avant tout une éducatrice de santé. L’alimentation donc… Gardez bien à l’esprit que les fruits et les légumes doivent être la base de votre alimentation. Eliminez l’alimentation industrielle et transformée, le sucre et les sodas, et les excès de graisses saturées ! Pour celles qui sont sujettes à la rétention d’eau : évincez les charcuteries de votre assiette, et faites attention aux excès de laitages. Réduisez votre consommation de sel, et augmentez vos apports en potassium grâce aux aliments qui en sont pourvus : légumes verts à feuilles, bananes, amandes, noix, noisettes, pignons, abricots secs, dattes, figues, raisins, pruneaux… ils sont vos amis!

Et buvez ! 1,5 L à 2L par jour suivant votre tempérament. Sans apports suffisant en eau, pas d’élimination suffisante des toxines. La vie est énergie et l’énergie doit circuler. Ne l’oubliez pas.

Le deuxième pilier : le mouvement. Si vous voulez que votre cellulite s’élimine, il va falloir vous mettre en mouvement. Objectif : raffermir le corps. Faire du sport doit faire partie de votre hygiène de vie. La natation comme tous les sports d’eau est très efficace pour lutter contre la cellulite grâce à son effet massant. L’hydrologie fait d’ailleurs partie des 10 techniques naturopathiques ! Mais la naturo que je suis ne conseillera pas à tout le monde de pratiquer des sports d’eau. Car en naturopathie nous vous conseillons des approches sportives en fonction de votre tempérament hippocratique. Pour connaître le vôtre et donc affiner votre hygiène de vie en fonction, vous avez plusieurs solutions : vous rendre chez votre naturopathe et le lui demander. Il vous expliquera tout ! Ou bien vous inscrire au programme l’Instant naturo : vous y découvrirez les tests et vous pourrez adapter TOUS les conseils naturopathiques que je vous y livre (alimentation, mouvement, techniques d’hygiène vitale, phyto et aroma…) en fonction grâce à d’astucieux codes couleurs.

VOTRE GUIDE SUR LA NATUROPATHIE OFFERT

Pensez aux massages : les techniques manuelles vous seront aussi utilement conseillées dans ce cas par votre naturopathe préféré.

La petite hygiène matinale 

Le plus facile et très conseillé à mettre en place chaque matin avant votre douche : le brossage à sec de la peau. A l’aide d’une brosse en poils naturels, brossez vous la peau à sec des pieds aux genoux, des genoux aux hanches, du ventre à la poitrine, des mains aux épaules…. Toujours dans le sens de la remontée et en pratiquant de légers petits cercles. Ce brossage permettra non seulement à la lymphe de mieux circuler mais aux peaux mortes de mieux s’éliminer, ce qui sera très utile pour les soins à faire pénétrer et que je vous propose juste après. Avant cela, pensez à finir votre douche du matin par un douche froide en veillant à la pratiquer elle aussi des pieds jusqu’à la tête. Entre autres bénéfices, la douche d’eau froide va permettre de  stimuler la circulation sanguine  et à lutter contre la cellulite, en empêchant le stockage des graisses sous la peau. Après cela et le séchage, appliquez ce petit soin aux huiles essentielles que vous aurez au préalable préparé.

Dans un flacon (vide et stérilisé) de 100ml, verser :
45 gouttes  d’huile essentielle de cyprès
30 gouttes d’huile essentielle de cèdre de l’atlas
30 gouttes d’huile essentielle de niaouli
15 gouttes d’huile essentielle de géranium rosat ou bourbon
15 gouttes d’huile essentielle de lemongrass
15 gouttes d’huile essentielle de romarin a cinéole

Puis finissez de remplir le flacon avec de l’huile végétale de noisette et de jojoba à parts égales.

Attention : ce soin ne doit pas être pratiqué si vous êtes enceinte ou allaitante.

Ensuite pratiquez le fameux palper-rouler grâce à des ventouses adaptées vendues en pharmacie ou même en grande surface. Le truc c’est qu’il faut y mettre pas mal d’huile de coude au moins 10 minutes par jour. 😉

Mais quand on désire vraiment quelques chose… 😉

 

Charlotte Guillot
Naturopathe
Auteur du programme L’Instant Naturo

 

Envie de préserver sa santé ?

Téléchargez gratuitement votre guide découverte " la naturopathie et ses principes"

Je m'initie à la naturopathie

accédez au programme fleurs de Bach

Gestion du stress et des émotions, développement personnel pour vous et toute votre famille

Envie de préserver sa santé ?

Midi sous la Lune protège vos données,
vous ne serez pas spamé.

Découvrez les 11 clés essentielles qu’enseigne la naturopathie pour cultiver sa santé et sa vitalité naturellement

Inscrivez-vous pour recevoir votre guide découverte

En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir votre guide découverte, les newsletters, les articles exclusifs et les offres de programmes de Midi sous la Lune

L’inhalation, comment s’y prendre ?

L’inhalation, comment s’y prendre ?

L’inhalation est un soin traditionnel de moins en moins usité! Il est pourtant d’une efficacité remarquable. Mais comment bien le pratiquer?

L’inhalation humide consiste à respirer des vapeurs d’eau chargées des principes actifs de plantes afin de les mettre en contact avec notre sphère broncho-pulmonaire. Elle se prépare avec des huiles essentielles ou avec des plantes entières, fraîches ou séchées. L’inhalation a un effet anti-inflammatoire, décongestionnant, apaisant, mucolytique.

Matériel nécessaire pour préparer son inhalation :

  • une serviette éponge suffisamment grande
  • un bol
  • vos plantes ou vos huiles essentielles
  • éventuellement un bandeau pour couvrir les yeux

L’inhalation avec des huiles essentielles 

 

  • déposer 3 à 10 gouttes d’huile essentielle dans un bol et verser une eau juste frémissante (et non bouillante, ce qui altérerait les caractères biochimiques des huiles essentielles !)

La posologie précise doit être déterminée grâce aux conseils d’un professionnel de santé.

  • attendez 2 mn avant de démarrer votre inhalation, pour éviter tout risque de brûlure
  • fermez les yeux ou couvrez les à l’aide de votre bandeau
  • recouvrez bien votre tête avec la serviette de manière à respirer la vapeur en vous isolant
  • pratiquez votre inhalation pendant 5 minutes environ, et renouvelez l’opération jusqu’à 4 fois par jour

Quelles huiles essentielles peut-on utiliser ?

Le choix des huiles essentielles doit faire l’objet de la plus grande vigilance. Les huiles essentielles sont un concentré de molécules actives très puissantes !

Les huiles essentielles à phénols, parfois utilisées en synergie avec d’autres essences à faible dose sont à éviter : cannelle, girofle, thym thymol, sarriette, origan. Elles sont irritantes des muqueuses.

Les huiles essentielles à cétones telles que le thuya, les menthes, le ciste, le romarin verbénone sont à éviter également, ou à manier avec beaucoup de prudence en inhalation. Neurotoxiques à haute dose, elles peuvent provoquer des gênes (nausées, vertiges…) Pourtant, la voie pulmonaire est celle qui réduit le plus la toxicité des cétones…mais prudence fait loi.

Les huiles essentielles de thym, de pin, de lavande, d’eucalyptus, de ravensare, de romarin sont parmi les plus utilisées car on associe souvent inhalation à rhume ou nez bouché et que leur odeur est appréciée, mais de nombreuses autres huiles peuvent être utilisées pour obtenir bien d‘autres effets. Votre naturopathe prendra soin d’analyser celles qui vous seront les plus bénéfiques.

Il existe des synergies à visée spécifique dans le commerce.

VOTRE GUIDE SUR LA NATUROPATHIE OFFERT

L’inhalation aux plantes entières 

Thym, eucalyptus, pin, tilleul, serpolet, camomille…autant de plantes que l’on peut utiliser pour faire son inhalation.

Le principe est simple : on procède comme pour une infusion (quelques feuilles, branches ou sommités suffisent pour un bol d’eau), sauf qu’au lieu d’y verser une cuillérée de miel et déguster, on plonge sa tête sous la serviette tel que décrit pour l’inhalation aux huiles essentielles.

Plus facile d’accès que cette dernière, l’inhalation aux plantes entières peut vous permettre de vous familiariser avec la technique avant d’utiliser des huiles essentielles.

Précautions d’emploi particulières 

– les voies respiratoires doivent être dégagées au maximum (pensez au jala neti ou au spray à l’eau de mer par exemple)

– l’inhalation doit être de courte durée, pour éviter tout risque d’irritation des muqueuses nasales, des sinus ou des bronches.

– les personnes ayant une sensibilité pulmonaire (tendance à l’asthme notamment) doivent faire attention car la diffusion des huiles essentielles se faisant au niveau des alvéoles pulmonaires.

– prudence chez les enfants – demandez l’avis d’un professionnel de santé.

– évitez de sortir tout de suite après une inhalation, car la dilatation provoquée par la chaleur rend les muqueuses plus sensibles au froid et aux microbes.

– attention aux susceptibilités et contre-indications personnelles.

Delphine Lentz,
naturopathe

Sources :

FAUCON M., Traité d’aromathérapie scientifique et médicale, Ed. Sang de la Terre et Médial, 2012

http://www.naturellehabitude.fr/index.php/sante/sante/methodes-pratiques/68-comment-faire-une-inhalation-efficace

http://www.aroma-zone.com/aroma/dossier_utilisationhuilesessentielles.asp

Envie de préserver sa santé ?

Téléchargez gratuitement votre guide découverte " la naturopathie et ses principes"

Je m'initie à la naturopathie

accédez au programme fleurs de Bach

Gestion du stress et des émotions, développement personnel pour vous et toute votre famille

Envie de préserver sa santé ?

Midi sous la Lune protège vos données,
vous ne serez pas spamé.

Découvrez les 11 clés essentielles qu’enseigne la naturopathie pour cultiver sa santé et sa vitalité naturellement

Inscrivez-vous pour recevoir votre guide découverte

En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir votre guide découverte, les newsletters, les articles exclusifs et les offres de programmes de Midi sous la Lune

Cheveux cassants et fragilisés : les conseils de la naturopathie

Cheveux cassants et fragilisés : les conseils de la naturopathie

Vos cheveux sont ternes? Cassants? Fragiles? Voici ce que la naturopathie vous conseille. Parce que la santé de l’intérieur se voit à l’extérieur 😉

Notre chevelure en dit long sur nous, sur notre personnalité, sur l’image que l’on veut donner de soi, sur notre psychologie… mais elle donne aussi des informations sur notre état de santé ou encore de stress. La symbolique des cheveux est très forte dans la plupart des cultures, qu’ils soient synonymes de force, de reconnaissance, de résistance ou de féminité. Dans notre société occidentale où les cheveux sont dévoilés, nous accordons une place importante à les coiffer, les colorer, les couper, les structurer, les nourrir à l’aide de masques ou de produits de toutes sortes. S’il est important d’en prendre soin « de l’extérieur », la naturopathie privilégiera une approche sur la cause des symptômes exprimés (chute, fragilité, aspect terne…)

On compte environ 100 à 150 000 cheveux sur notre tête et chaque tige (partie visible du cheveu) est composée d’eau, de lipides, d’oligo-éléments (notamment zinc, iode, calcium, manganèse), de pigments et surtout de protéines, les kératines (matières fibreuses qui donnent au cheveu sa résistance comportant une quantité importante de soufre).

S’il est normal de perdre des cheveux tous les jours (entre 60 et 80 en moyenne), certaines périodes sont marquées par une chute trop abondante et il est bon de s’interroger.

Le stress, un changement extérieur (climat), une infection, un changement hormonal ou un moment de fatigue peuvent en être la cause. L’équilibre acido-basique si cher au naturopathe est souvent perturbé lors de ces phases, signant une déminéralisation de l’organisme.

L’hygiène de vie arrive en tête des conseils naturopathiques pour rétablir la bonne santé des cheveux : alimentation variée et riche en nutriments, hydratation profonde, activité physique, oxygénation, repos, gestion du stress…

Pour appuyer ce retour à l’équilibre par l’hygiène de vie, certains aliments et alicaments ont une utilité toute particulière .

. La levure de bière apporte des vitamines du groupe B qui jouent un rôle dans le métabolisme des nutriments et la synthèse protéique.

Elle apporte également du zinc que l’on trouve aussi dans les fruits de mer et crustacés, les céréales complètes…Il est impliqué dans la formation de la kératine et du collagène.

. Le fer est lui aussi indispensable à la bonne santé des cheveux puisqu’il entre dans la composition des globules rouges chargées de transporter l’oxygène et les nutriments aux cellules. Pensez à le lier à la vitamine C pour permettre sa bonne absorption !

VOTRE GUIDE SUR LA NATUROPATHIE OFFERT

La cystéine et la méthionine sont des acides aminés soufrés qui assurent la résistance des phanères. On les trouve dans le poisson, la viande, les noix du Brésil…

Notez que la spiruline (en la couplant à la vitamine C) est un aliment de choix pour répondre en grande partie à ces besoins !!!

. La silice agit sur l’acidose et assure une meilleure fixation des minéraux. Ainsi, la prêle ou l’ortie peuvent être ajoutées à votre ration quotidienne.

. Enfin, les apports en acides gras essentiels doivent être suffisants et quotidiens.

Bien sûr, certains rituels de beauté extérieurs renforceront l’action de ces mesures alimentaires : l’huile de ricin est un excellent régénérant et fortifiant capillaire, l’huile de coco, grâce à l’acide laurique, nourrit les cheveux et les rend plus brillants et plus vigoureux. Un masque de beauté au rhassoul, la bien nommée terre qui lave, les purifiera et leur rendra leur douceur et leur volume.

Delphine Lentz,
naturopathe

Sources

http://thehistoryofthehairsworld.com/quest_ce_que_le_cheveu.html

http://www.biolineaires.com/articles/complements-alimentaires/522-des-phaneres-solides-et-une-peau-resplendissante.html#.VRvK-rq1oa8

http://www.santenatureinnovation.com/peau-cheveux-ongles-regenerez-les-de-linterieur/

Envie de préserver sa santé ?

Téléchargez gratuitement votre guide découverte " la naturopathie et ses principes"

Je m'initie à la naturopathie

accédez au programme fleurs de Bach

Gestion du stress et des émotions, développement personnel pour vous et toute votre famille

Envie de préserver sa santé ?

Midi sous la Lune protège vos données,
vous ne serez pas spamé.

Découvrez les 11 clés essentielles qu’enseigne la naturopathie pour cultiver sa santé et sa vitalité naturellement

Inscrivez-vous pour recevoir votre guide découverte

En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir votre guide découverte, les newsletters, les articles exclusifs et les offres de programmes de Midi sous la Lune