fbpx

Devenez civilisé, mangez sauvage!

par | Juil 10, 2019 | Bien dans son assiette

Qu’on se le dise, je ne vous parlerai pas ici de chasse au sanglier muni d’une lance. Ni de piège à gibier, aussi DIY soit-il. Ni même de pêche à la fario à main levée. D’une part, je n’y connais rien à ces pratiques, et d’autre part je ne suis pas sûre qu’elles soient vraiment pratiquées…Et puis, on ne se refait pas, mon régime est de longue date plus cueilleur que chasseur.

 

Mais justement revenons-y, à nos chasseurs-cueilleurs, ou bien nos cueilleurs-chasseurs…parce que déjà là, la question se pose. Certains estiment que la consommation de protéines était réduite chez nos ancêtres, d’autres pensent au contraire que les protéines constituaient l’essentiel de leur alimentation. Selon son point de vue (autrement dit selon le régime en lequel on adhère, ou au pire, en lequel on croit), on affirme, on réfute, on oriente. De fait, les idéologies brouillent encore trop les débats, et les rapports scientifiques abondent d’un côté comme de l’autre. Ce n’est donc pas ici que je trancherai.

Ici, c’est de cueillette que j’ai envie de vous parler.

Ortie, plantain, pissenlit, nombril de Vénus, ronces…des noms familiers pour quiconque a un tant soit peu arpenté nos beaux chemins de campagne. Mais si la vague du « retour au naturel » a fait ressurgir chez certains l’homme ou la femme des bois qui sommeille en chacun, ou tout simplement conquis les papilles des gourmands et curieux, la cueillette de plantes sauvages reste une pratique confidentielle.

A cela, deux raisons : la première est la méconnaissance de la flore qui compose nos espaces naturels proches, la seconde est la disparition de pratiques simples et saines qui consistaient à se nourrir de ce que nous trouvions dans notre environnement proche. Bien sûr, on cueille encore les mûres, on ramasse les asperges, et parfois on s’aventure à goûter à quelques pommes sauvages. Mais de manière générale, on trouve l’essentiel de notre nourriture dans les rayons du primeur du coin, ou pour les plus chanceux, dans leur potager. Pour une grande partie de la population, c’est sous les enseignes de grande distribution que l’on se ravitaille. En cédant notre alimentation aux mains de groupes privés qui ont transformé nos nourritures en toute légalité et avec les encouragements du plus grand nombre, nous avons également accepté de fréquenter ces grands magasins, revendeurs de quantités de produits hyper emballés, prêts à consommer, et prêts à nous rendre malades. La grossière erreur, toujours tristement d’actualité, est de considérer que ce rituel qui consiste à prendre sa voiture, trouver une place sur des parkings géants, déambuler dans des rayons aux néons pathétiques, et faire rouler ses courses sur un tapis automatique, c’est pratique ! Je crois qu’on s’est fourrés le doigt dans l’œil (enfin nos parents et nos grand-parents). La faute au progrès, la faute à l’émancipation féminine, la faute aux Trente Glorieuses et à la consommation de masse…La faute à…la liste est longue mais qu’importe…

Aujourd’hui des propositions contraires existent et prennent de plus en plus de force, et de sens. Elles ne sont pas nouvelles. Quelques irréductibles ont gardé leur bon sens et n’ont pas cédé au diktat du chariot. Certains n’ont jamais cessé de prélever dans la nature quelques victuailles, pour agrémenter leurs plats ou pour se soigner.

Attention, l’invitation n’est pas d’aller piller aveuglément les plantes comestibles de nos forêts et chemins, mais de retrouver un sens à le faire, d’oser le faire, avec intelligence.

Pour franchir ce pas, il faut commencer simplement, avec des plantes communes facilement reconnaissables et ne présentant pas de risques. Quatre d’entre elles me semblent faciles d’accès, en plus d’être délicieuses.

Des dizaines de recettes existent pour déguster ces plantes sous toutes leurs formes, mais c’est crues, et en salade, qu’elles sont les meilleures (au goût, et pour notre santé !)

Ma préférée : le pissenlit

Racines, jeunes feuilles, boutons ou fleurs, le pissenlit tout entier se consomme, et beaucoup de ses parties sont un pur délice.

Avant même de l’avoir goûtée, j’affectionnais cette fleur. Tellement commune. Belle comme mille soleils. Humble, mais fière.

Et puis, le pissenlit c’est la fleur de l’enfance, du jeu. Qui n’a pas essayé de frotter un pissenlit sur sa peau pour vérifier si l’on devenait jaune ? Qui n’a pas rassemblé ces fleurs en un bouquet aussitôt rabougri tellement le pissenlit tolère mal d’être coupé de sa terre?

Ne disait-on pas : « si tu touches un pissenlit, tu feras pipi au lit », ce qui donnait lieu à de belles batailles fleuries. En réalité, il en aurait fallu un peu plus que le toucher. Mais il y a une réalité derrière ces paroles d’enfants, ce sont les vertus diurétiques du pissenlit.

Un livre entier suffirait-il à recenser toutes ses vertus ?…

Retenons, en bons naturopathes que nous sommes, que le pissenlit constitue un excellent soutien des fonctions émonctorielles, et notamment de la sphère digestive et de l’appareil urinaire. Son efficacité dans la douceur en fait une plante des plus intéressantes pour une détox.

En le consommant crue, vous bénéficierez de sa richesse en vitamines (A, B6, B9 et C notamment), minéraux (fer et potassium); chargée en antioxydants, il soutient donc naturellement le système immunitaire et régénère l’organisme.

On pourrait également évoquer son caractère régulateur de la tension artérielle et plus généralement de la sphère cardio-vasculaire,  mentionner que des études de plus en plus nombreuses s’intéressent au pissenlit en prévention de maladies dégénératives…Vous l’aurez compris, consommer du pissenlit, c’est s’offrir un cocktail santé !

L’ortie, un vrai trésor

En plus d’être très reminéralisante et riche en vitamines, l’ortie possède tous les acides aminés essentiels ! Riche en fer et en vitamine C, elle est une alliée pour lutter contre l’anémie. Mais l’intelligence de l’ortie ne s’arrête pas là, elle associe aussi le calcium et le bore dans un bon ratio (le bore facilitant la fixation du calcium). L’ortie est donc une plante très alcanisante, précieuse pour nos terrains souvent acidifiés.

On peut lui attribuer sans aucun doute le qualificatif d’adaptogène ; elle accompagne toutes les fonctions de l’organisme pour l’aider à recouvrir son équilibre.

Anti-inflammatoire et anti-bactérienne, elle est aussi connue pour ses vertus vermifuges.

N’oublions pas le caractère diurétique de l’ortie, et son rôle préventif dans les désordres prostatiques, comme le démontrent de récentes études.

Si vous les mangez crues, pensez à les faire tremper une heure afin d’ôter leur caractère urticant. Et si vous craquez pour les jeunes feuilles en balade, la technique de récolte à mains nues est toute simple, il suffit de prendre la feuille par dessous et de la plier avant de mettre en bouche.

Le nombril de Vénus, la succulente

Craquante à souhait, le nombril de Vénus embellira vos salades de sa jolie forme arrondie en plus de leur conférer une fraîcheur très appréciable, et une légère touche acidulée.

Elle se trouve souvent sur des murailles.

Le nombril de Vénus est riche en fer et en minéraux, en plus d’être belle et bonne.

Le plantain, à redécouvrir

Le plantain lancéolé fait lui aussi partie de ces plantes que l’on oublie tellement il est commun, quand on ne lui fait pas la chasse car jugé trop envahissant. Comme son nom l’indique, ses feuilles sont en forme de lance, ce qui le distingue de ses presque semblables, le grand plantain et le plantain intermédiaire.

Pour l’apprécier en salade, il faut privilégier les feuilles les plus au centre.

Son amertume peut surprendre dans un premier temps, mais peu à peu c’est un goût fin de champignon qui surgit (pour les plus connaisseurs, il se rapproche du Bolet).

Outre sa richesse en vitamines et minéraux et son goût étonnant, le plantain est une plante qui peut rendre de nombreux services en cataplasme (pour soulager piqûres d’insectes ou d’orties), et en infusion (apaise les aphtes, la toux), entre autres.

Cela va de soi, mais rappelons-le quand même : ne consommez pas de plantes lorsque vous n’êtes pas sûrs de la connaître, évitez les zones d’élevage et les zones proches de source de pollution. Et respectons ces plantes sauvages, car nous leur devons beaucoup !

Delphine Lentz
Naturopathe
https://www.facebook.com/delphinenaturopathe/

☆Découvrez les 11 clés essentielles que vous enseigne la naturopathie pour préserver votre santé et booster votre vitalité : votre guide est offert ! 

☆☆☆ Vous ne voulez pas perdre de temps et apprendre et appliquer dès aujourd’hui et facilement en 12 étapes les connaissances des naturopahes et préserver l’avenir de votre santé? Le programme l’Instant Naturo est fait pour vous !

Envie de préserver sa santé ?

Téléchargez gratuitement votre guide découverte " la naturopathie et ses principes"

VOTRE PROGRAMME SANTÉ ET VITALITÉ

accédez au programme fleurs de Bach

Gestion du stress et des émotions, développement personnel pour vous et toute votre famille

Share This
%d blogueurs aiment cette page :